Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre des opinions

La saga La Mallorée de David Eddings : une suite qui souffre d'un manque d'originalité !

12 Mars 2016 , Rédigé par Philippe Publié dans #Littérature

Cet avis dévoile des éléments de l'intrigue de la première saga, ainsi que de celle-ci.

La saga de La Mallorée de David Eddings est constituée de 5 livres : Les Gardiens du Ponant, Le Roi des Murgos, Le Démon Majeur de Karanda, La Sorcière de Darshiva et La Sybille de Kell.

Belgarion, Roi de Riva, Tueur de Dieu, doit maintenant accomplir un autre périple à travers le monde, jusqu'aux lointaines contrées orientales de la Mallorée où règne l'empereur Zakath, pour récupérer son fils, enlevé par la sorcière Zandramas. Heureusement, il peut compter sur l'aide de ses compagnons, anciens aussi bien que nouveaux, pour l'épauler dans cette quête qui doit décider une bonne fois pour toutes laquelle des deux prophéties opposées doit supplanter l'autre.

Les cinq tomes de la saga !

Les cinq tomes de la saga !

Alors que dire de cette suite ?

Tout d'abord on est heureux de retrouver l'univers de David Eddings qui est toujours aussi riche, surtout qu'il nous fait découvrir dans cette saga de nouvelles régions de son monde. Cependant, il y a tout de suite quelque chose qui vous a certainement interpellé dans le synopsis de cette nouvelle saga : la similitude avec la première.

C'est le cas et cela est le principal défaut de cette suite.
En effet, on reprend d'une certaine manière la même trame que dans le cycle de La Belgariade où une compagnie de personnages part à la poursuite d'un objet dérobé. Dans La Belgariade c'est l'Orbe d'Aldur, dans La Mallorée c'est le fils de Belgarion et Ce'Nedra qui est enlevé.
Encore une fois, on a des personnages qui sont lancés dans une course-poursuite dans un temps imparti avec les antagonistes. Encore une fois, c'est l'histoire des Prophéties qui guident le monde, tout en s'affrontant par l'intermédiaire de l'Enfant de Lumière (Belgarion) et l'Enfant des Ténèbres (dans cette saga Zandramas).

La saga en elle-même est consciente de ce phénomène de répétition. Belgarion en parle sur le chemin avec son "grand-père", Belgarath. Cependant, si l'auteur en est conscient, cela ne rend pas plus l'histoire originale ou surprenante. Il y a comme une certaine forme de lassitude, sans en être totalement, mais qui s'installe tout de même chez le lecteur. En fait, cette répétition détruit d'une certaine manière l'attente et la surprise, puisqu'on suit le même déroulement des événements, on sait dans les grandes lignes ce qui va se passer dans les différents tomes et comment le tout va s'agencer. On perd cette saveur de découvrir le déroulement d'une histoire inédite.

De plus, la fin en soit est quelque peu décevante à mon goût. On nous annonce, dans le premier tome, qu'un personnage va mourir, et cette fois-ci définitivement. J'espérais tellement que ce soit un personnage important pour qu'il y ait un véritable impact émotionnel, pour au final me retrouver indifférent face à celui qui meurt. Je n'ai pas eu d'attachement particulier à ce personnage durant la saga et donc au final, ça m'a pas plus bouleversé que cela de lire sa mort.
Dans le déroulement de l'histoire, je trouve dommage que les actes de Belgarion durant le voyage n'aient pas eu d'impact lors de la décision finale entre les deux Prophéties. Il aurait intéressant de voir le personnage qui prend la décision hésiter un peu plus ou en faire des reproches, mais non.
Et puis bon, la fin est trop lumineuse. Je ne suis pas contre les bonnes fins, mais là c'est quand même un peu trop joyeux, dans l'amour et tout ce qui va avec.

Je pense que j'aurais préféré une trame scénaristique autour du Culte de l'Ours qui aurait apporté de la nouveauté dans la saga et une autre dimension aux ouvrages. Malheureusement, cet arc scénaristique est résolu dès le premier tome. Ou alors quelque chose de plus poussé autour des démons, mais qui sont là encore très diffus dans l'histoire. Ils ont un certain impact sur ce qui se passe, mais pas totalement.
Ou bien, ne serait-ce qu'une bataille vraiment épique, vraiment percutante, parce que dans cette saga les combats ressemblent plus à des escarmouches qu'à autre chose. Cela vient à la fois des forces qui se rencontrent, mais aussi de la manière dont cela est écrit.

Cela dit, il y a quand même quelques petites nouveautés dans cette saga.

Tout d'abord, les régions qui sont traversées par nos héros à savoir La Mallorée : pays des Murgos et de l'empereur Zakath.
Pour rappel, ces deux pays étaient les envahisseurs dans la précédente saga.
Et cela est quelque chose d'intéressant, de découvrir un peu ce qui se passe et à quoi ressemble les pays ennemis dans les précédents tomes. Surtout que dans ces lieux, Belgarion et ses amis vont croiser des personnages dont on a entendu parler et dont on s'est fait une idée, dans les précédents ouvrages. Dans cette saga, l'image qu'on s'en était fait est brisée, et on apprend à mieux les connaître tout simplement. Et aussi à avoir une certaine forme d'empathie avec eux. Quant aux nouveaux personnages, ils sont tous intéressants, même si chez certain un développement psychologique un peu plus poussé aurait été appréciable. Mais là c'est moi qui pinaille sur des détails.
Donc dans cette saga de nouveaux lieux visités et une (re)découverte de personnages.

En ce qui concerne les anciens personnages, leur développement est intéressant et bien mené. En effet, par exemple on voit très bien le changement de statut de Belagrion au cours des différents tomes de la saga où il s'affirme de plus en plus et prend de la confiance. Ou Ce'Nedra qui joue un rôle un peu plus important et où on voit tout l'attachement qu'elle porte à son enfant. Ainsi de suite pour tous les personnages qu'on retrouve dans cette saga, parce que tous ceux de la première compagnie n'accompagne pas Belgarion dans cette aventure.

L'écriture n'en reste pas néanmoins prenante et les chapitres sont découpés d'une certaine manière qu'ils nous incitent à continuer notre lecture. Les éléments de l'intrigue sont encore une fois très bien distillés à travers les différents tomes de la saga.

David Eddings (1931 - 2009)

David Eddings (1931 - 2009)

En conclusion, la saga de La Mallorée peine à se renouveler après La Belgariade, ce qui crée une certaine routine chez le lecteur. Cette saga aura beaucoup de mal à le surprendre et cela est notamment dû à la redondance de la trame scénaristique. Cependant cette saga nous propose de découvrir tout de même de nouvelles choses avec une nouvelle région de l'univers d'Eddings et de nouveaux personnages. De plus, il approfondit les anciens et d'une manière, tout à fait, satisfaisante. La fin est à mon goût un peu trop baigné de lumière et d'amour pour vraiment m'emballer et en ressortir quelque chose de marquant.

Ma note : 3 sur 5 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article