Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre des opinions

Alice au Pays des Merveilles : une libre réinterprétation plutôt réussie !

8 Juillet 2016 , Rédigé par Philippe Publié dans #Cinéma (rattrapages)

Alice, désormais âgée de 19 ans, retourne dans le monde fantastique qu'elle a découvert quand elle était enfant. Elle y retrouve ses amis le Lapin Blanc, Tweedle-Dum et Tweedle-Dee, le Loir, la Chenille, le Chat du Cheshire et, bien entendu, le Chapelier Fou. Alice s'embarque alors dans une aventure extraordinaire où elle accomplira son destin : mettre fin au règne de terreur de la Reine Rouge.

Affiche du film Alice aux Pays des Merveilles !

Affiche du film Alice aux Pays des Merveilles !

Dans un premier temps, il est important de préciser que le film n'est pas une adaptation littérale des livres de Lewis Carroll. C'est une réécriture des romans sous la vision de Tim Burton et on sait tous qu'il a une vision assez personnelle des mondes imaginaires. Le monde d'Alice n'échappe pas à cela et Tim Burton va le remodeler à sa manière. Comme par exemple le fait qu'en VO, on va entendre parler de Underland et non de Wonderland. Cela est expliqué par la scénariste par le fait que Alice avait mal compris le nom du pays quand elle était enfant et qu'elle avait toujours entendu Wonderland.

Mais là où on remarque vraiment la patte de Tim Burton c'est dans les décors du Pays des Merveilles. Le monde imaginaire devient sombre, lugubre et il est en train de dépérir. On va retrouver un certains nombre d'arbres morts, le ciel sera pratiquement toujours voilé de sombres nuages, le château de la Reine Rouge aura le droit à des douves de sang remplies de têtes coupées. Pour les plus attentifs, ils pourront remarquer que lors de la scène où Alice arrive au Pays des Merveilles, il y a tout d'abord une porte en oblique (forme chère à Tim Burton avec les arabesques), mais aussi on retrouve sur le fond le même arbre que dans Sleepy Hollow. Il y a ainsi plusieurs détails dans les décors ou les designs des personnages qui suintent de sa marque de fabrique.
Alors comment je suis en train de le dire, on peut penser que je critique cela, mais ce n'est pas le cas. J'aime bien l'idée d'un Pays des Merveilles corrompu par les événements qui s'y déroulent. Cela me fait même pas mal penser au jeu vidéo Alice Madness Returns qui était excellent par son univers et son histoire.
Au final, le fait que Tim Burton laisse son empreinte dans l'univers est un point positif pour l'histoire.

A l'exception d'une seule chose et qui est la principale caractéristique qui fait que j'ai pas mal de difficultés avec les films de Tim Burton : les passages de chants ou de danse.
Si cela est amené d'une manière logique ou intrinsèque au film comme par exemple une scène de bal ou un concert ou même juste un personnage qui fredonne, cela ne me dérange pas parce que c'est logique dans le déroulement de l'histoire. Mais si comme dans Sweeney Todd les personnages se mettent à chanter et à effectuer une chorégraphie sans aucune raison scénaristique, personnellement ça me fait sortir du film parce qu'il n'y a aucun élément qui justifie qu'ils le fassent.
Dans Alice au Pays des Merveilles, j'ai cru que j'allais y échapper, mais non sur la fin du film on y a droit. Le Chapelier se met à danser ce qui s'appelle la guigue en délire, mais vraiment sans raison. D'un coup dans le film on entend la musique s'élever et c'est comme si tous les personnages entendaient cet orchestre la jouait alors que personne n'a d'instrument. J'ai hurlé en voyant ça. S'il voulait vraiment placer sa guigue en délire qu'il fasse apparaître des musiciens d'une manière ou d'une autre. Là comment c'était filmé et mis en scène, on a l'impression de se retrouver devant une comédie musicale, ce que n'est pas le film.

Alors je n'ai pas encore parlé du scénario, c'est aussi parce qu'il n'y a pas grand chose à dire dessus. Il reste parfaitement dans l'esprit des aventures de Alice où elle apprend à assumer ses choix même s'ils ne sont pas en accord avec le monde qui l'entoure. Ce que certaines personnes pourront prendre pour de la folie, n'est au final que de l'audace, de l'imagination pour des esprits trop limités et l'ouverture vers d'autres visions sur le monde qui n'ont rien à envier, bien au contraire, à celle de la société. On y apprend aussi que rien n'est impossible, il suffit d'y croire et de se persuader qu'on peut le faire, pour réaliser ce qu'on a envie.
Le film a donc une bonne morale et une histoire intelligente. J'apprécie particulièrement les passages avec Absolem qui sont remplis de philosophie et de propos intéressant comme par exemple toute la thématique sur le fait qu'Alice doit devenir Alice.
Cependant le scénario n'est pas non plus parfait et comporte quelques incohérences. Tout d'abord au niveau des habits de Alice qui font un peu ce qu'ils veulent lors des agrandissements et réductions de taille de la jeune femme. Ce qui est illogique soit ils restent toujours de la même taille, soit ils s'adaptent à Alice, après tout on est au Pays des Merveilles et cela peut passer. Mais pas comme dans le film où un coup ils restent à leur taille, des fois ils s'agrandissent ou rapetissent et parfois même les deux en même temps. Cela dit cela n'est qu'un détail de cohérence et rien de bien méchant qui puisse faire sortir le spectateur du film.
La deuxième incohérence est quand même un peu plus grave. La Reine Rouge est capable de reconnaître Alice dessinée de dos, en version adulte alors qu'elle ne l'a vu qu'enfant, mais quand elle l'a en face d'elle, elle ne la reconnaît point. Là c'est quand même un élément qui pose problème et qui fait tilter le spectateur attentif et peut le faire sortir du film.

Bande-annonce de Alice au Pays des Merveilles !

Maintenant j'en viens aux personnages qui sont tous très bien respectés par rapport aux livres. Le Chapelier est vraiment fou et l'interprétation du personnage par Johnny Depp est cool. La Reine Rouge est vraiment cette tyran obsédée par le découpage de têtes parfaitement interprétée par Helena Bonham Carter. J'aime beaucoup aussi le personnage du Chat du Cheshire. En me renseignant sur le film, j'ai ouïe dire que le personnage de la Reine Blanche n'a pas été beaucoup apprécié par le public pourtant je le trouve bien. C'est vraiment une bonne caricature poussée à l'extrême des manières de princesses et je la trouve sympathique.
Donc sur le point des personnages et de leur caractère, c'est du tout bon.

Venant aux effets spéciaux où je m'attendais à en prendre un peu plein la vue. Le monde des Merveilles se prêtant parfaitement à cet exercice, mais au final pas vraiment. C'est correct, ça fait le boulot, mais je m'attendais à plus. Et puis surtout, il y a vraiment un personnage qui est complètement loupé au niveau des effets spéciaux : c'est celui du valet. Qu'est-ce qu'il est moche ! On dirait que le personnage est en plastique. Ah non là pour le coup c'est complètement loupé.

Pour finir, la musique est plutôt bonne et accompagne bien le film. Et il faut que je parle d'une initiative que je trouve intelligente au niveau de la musique, c'est que le film a pris le choix de proposer aussi certains morceaux venus d'artistes extérieurs, mais qui colle au thème du film et dont les chansons sont regroupées dans l'album Almost Alice. En général, les films aiment prendre les chansons un peu tendance du moment, mais sans vraiment qu'elles possèdent un réel rapport avec les propos du film. Alors que là toutes les chansons ont été inspirées par le film et donc les paroles y collent très bien. Mention spéciale à la chanson d'Avril Lavigne intitulée Alice qui est vraiment cool par l'ambiance du clip et ses paroles.

Alice de Avril Lavigne !

En conclusion, Alice au Pays des Merveilles est une plutôt bonne réinterprétation de Alice à la sauce Tim Burton. Le scénario n'est pas non plus transcendant, mais possède en tout cas une bonne morale et quelques pistes de réflexions intéressantes. Les personnages restent fidèles aux romans d'origine. Malheureusement, les effets spéciaux sont seulement correct, voir loupés pour un des personnages. La musique fait du bon boulot. Ce n'est pas un film exceptionnel, mais il reste néanmoins plutôt appréciable à regarder.

Ma note : 3,5 sur 5 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article