Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre des opinions

Alice de l'autre côté du miroir : le meurtre du Chapelier !

13 Juillet 2016 , Rédigé par Philippe Publié dans #Cinéma (sorties récentes)

Après son retour de Chine, Alice reçoit la visite d'un mystérieux papillon bleu. Elle devine tout de suite qu'il s’agit d'Absolem. Lui faisant confiance, elle le suit a travers sa maison, et c'est grâce à lui qu'elle traverse un miroir. De l'autre coté, Absolem fait savoir à Alice que le Chapelier Fou, le grand ami de cette dernière, est en danger. Sans hésiter, Alice rejoint vite la demeure du Chapelier, qu'elle trouve mourant. D'après la Reine Blanche, Mirana, le seul moyen de le sauver est de remonter le temps. La mission d’Alice est donc de sauver le Chapelier en essayant de ne pas se faire attraper par le Temps, qui a collaboré avec la perfide Reine Rouge, Iracebeth, la sœur de Mirana.

Affiche du film Alice de l'autre côté du miroir !

Affiche du film Alice de l'autre côté du miroir !

Comme pour le premier film, Alice de l'autre côté du miroir n'est pas une adaptation littérale du roman de Lewis Carroll. Autre précision aussi, Tim Burton laisse sa place à la réalisation à James Bobin (Les Muppets, le retour et Muppets Most Wanted).

Alors autant le premier film n'était pas exceptionnel, mais j'avais quand même passé un agréable moment devant, autant pour Alice de l'autre côté du miroir je n'ai pas du tout apprécié le visionnage.
Mon désamour pour ce film tient surtout au sort réservé au personnage du Chapelier, mais aussi d'autres éléments qui s'y ajoutent et malgré quelques bonnes idées, pas assez exploitées, la tendance ne s'inverse pas.

Parmi les bonnes idées qui ne sont pas assez exploitées dans le film c'est tout d'abord le propos dans le monde réel. Le film s'ouvre clairement sur une thématique féministe avec une Alice en tant que femme forte et indépendante qui doit faire face à l'aveuglement des propriétaires masculins de la société marchande où elle travaille, aux ignominies sur les femmes qu'ils déclarent devant Alice. Comme par exemple le fait qu'ils veulent la reléguer au rang de secrétaire, elle qui est la capitaine de son bateau alors qu'ils trouvent ça indécent. Et donc le film s'ouvrait sur un propos intéressant et passionnant, et je m'attendais à ce qu'on le développe dans le monde des Merveilles, mais pas du tout. On entend plus parler de cette thématique pendant tout le film, puis d'un coup ça réapparaît par magie à la fin et se dénoue sans réelle explication ou du moins de réelle piste de réflexion. On passe d'une bonne idée à une impression de thématique qui a été rentré de force dans le scénario dont on ne savait plus quoi en faire et qu'on a résolu en deux secondes. Cela m'a laissé une impression désagréable.

Tant que je parle de la partie réelle, il y a une incohérence, on peut même parler d'oubli scénaristique, qui m'a interpelé après avoir vu le premier. Oui j'ai vu le deux avant de voir le un.
L'enjeu du monde réel dans ce film c'est le fait que la mère d'Alice est endettée et qu'elle a été obligé de mettre en hypothèque sa maison. La compagnie d'Alice propose de lui rendre la maison en échange qu'Alice lui vende son bateau. Mais si on se souvient du premier film, on voit qu'Alice a une grande soeur, mariée à un homme fortuné si ce n'est un Lord et tout bêtement, moi je me demande elle fait quoi la grande soeur. Ben oui, leur mère étant dans le besoin, elle aurait pu compensé ses dettes ou tout du moins la recueillir chez elle. Mais il y a un silence radio pendant tout le film par rapport à cette soeur, comme si elle avait été oublié.

Autre gros point négatif dans ce film : l'humour.
L'humour de ce film est d'une telle lourdeur que votre collègue aux blagues un peu nulle passera pour un grand humoriste à côté.
Il y a notamment une scène qui m'a rendu fou où le Chapelier, le Lièvre de Mars et Mallymkun rencontrent le Temps. Et dans cette scène, on enchaîne les jeux de mots sur le temps, mais jusqu'à l'overdose. La première fois ça fait sourire. La deuxième fois on est légèrement amusé. La troisième fois, on est neutre. La quatrième fois, on en peux plus. Mais le pire c'est qu'ils continuent encore. Tout l'humour du film repose sur des jeux de mots pourris et au bout de vingt minutes le seuil de tolérance est largement dépassé. Dans le premier, il y avait déjà de l'humour, mais à une dose plus raisonnable et plus diversifiée.

Une autre chose m'a beaucoup dérangé dans le scénario. Et non pour ceux qui ont vu le film je ne vais pas parler de l'événement qui a provoqué la "naissance" de la Reine Rouge. Oui, il est complètement absurde, mais bon on est dans le Pays des Merveilles alors pourquoi pas.
Non ce qui m'a perturbé dans le scénario, c'est qu'Alice pendant tout le film fait les choix les plus débiles au possible. Alors oui ça fait franchir des étapes au scénario, mais je déteste les héros qui font mauvais choix sur mauvais choix. Dans le film, elle subtilise un objet au Temps et en fait usage, malgré les avertissements de celui-ci. Très vite elle se rend compte de tout ce qu'engendre son action, mais non elle continue alors que le Temps n'est pas forcément hostile à Alice. Elle peut très bien lui rendre l'objet ou parlementer avec, ce qui serait le plus intelligent à faire, mais non à chaque fois elle s'enfuit.
Bon je ne vais pas revenir non plus sur les retournements de situation in-extremis parce que c'est un procédé scénaristique courant, mais deux dans le même film il y a quand même un peu de l'abus.

Bon, on peut quand même sauver la direction artistique du film. Il est vrai que la citadelle du Temps est magnifique dans son architecture et vaut vraiment le coup d'oeil. L'idée des deux salles avec les montres suspendues représentant chacune une personne et quand une des montres s'arrête la personne meurt. C'est plutôt une bonne représentation du temps de notre vie. Tout comme le design du personnage du Temps qui est vraiment chouette et inspirée et les petits personnages qui l'accompagne sont réussis. Bon par contre je me demande toujours pourquoi il y en a un à l'effigie de Bismarck ?

Bande-annonce du film Alice de l'autre côté du miroir !

Venons en aux personnages et à ce qui me désespère dans le film : le Chapelier.
Le Chapelier est un personnage complètement fou, tenant des propos aux apparences illogiques et un peu maniéré dans ses gestes. Comme par exemple dans le premier film il ne cesse de demander à Alice : pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? Voilà le personnage du Chapelier tel qu'il est sensé être.
Le Chapelier dans Alice de l'autre côté du miroir est ... Comment dire ... Un personnage complètement débile et qui ne dois pas dépasser 30 de QI ! Il n'est plus fou, mais complètement demeuré. Prendre un bâton dans sa bouche en faisant le chien à quatre pattes sur le sol, ce n'est pas être fou, c'est être complètement con. Comment on peut se dire "Oh c'est vraiment le type du Chapelier de faire ça, parce qu'il est complètement fou" ? Non !
Et puis même dans sa façon de parler, il transpire la non-intelligence. Dans le premier film que j'ai vu en VF, le Chapelier s'exprime avec la même diction que vous et moi. Pas de soucis. Mais dans celui-ci, le doubleur et je pense que Johnny Depp fait la même chose en VO, le Chapelier a une diction complètement hachurée, sans queue ni tête. Ce n'est pas un signe de la folie ça, mais d'une déficience.
Pour moi ce film a réalisé le meurtre parfait du Chapelier !

Quant aux autres personnages, ils restent plutôt fidèles à leur comportement qu'ils avaient dans le premier. Le personnage du Temps est tantôt insupportable et tantôt touchant. C'est bizarre, il a des moments de gloire et d'autres où j'étais presque gêné pour l'acteur.

Les effets spéciaux en mettent déjà un peu plus plein la vue et il n'y a pas de fausse note cette fois-ci. Et puis aussi mention spéciale pour la mer du temps qui est vraiment impressionnante.

La musique est correct et accompagne bien le film, mais rien de vraiment marquant.

Mon regard de désespoir devant ce qu'ils ont fait au personnage du Chapelier !

Mon regard de désespoir devant ce qu'ils ont fait au personnage du Chapelier !

En conclusion, Alice de l'autre côté du miroir possède une direction artistique plutôt bonne et jolie à regarder. Mais c'est bien là sa seule qualité. Le scénario repose sur un personnage d'Alice aux réflexions douteuses, de l'humour insipide et lourd. Et plus que tout ce film a massacré, à mon sens, le personnage du Chapelier.

Ma note : 2 sur 5 !

Alice au Pays des Merveilles : 3,5 sur 5 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Laura 19/11/2016 07:27

Personnellement j'ai quand même adoré ce second opus.
J'ai écris un article sur mon blog dessus où je partage ton liens.
Merci beaucoup pour ta chronique !
Bon week end !!

Philippe 21/11/2016 11:50

Je te remercie pour la partage du lien !