Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'antre des opinions

Agent Carter Saison 1 : Histoire bateau et personnages intéressants !

18 Mai 2017 , Rédigé par Philippe Publié dans #Série

En 1946, Peggy Carter est devenue agent pour la SSR – première agence de défense secrète et précurseur du S.H.I.E.L.D. – mais elle est encore considérée comme l'ex-petite-amie du disparu Steve Rogers, Captain America, et surtout comme une femme. Quand Howard Stark est accusé d'avoir vendu des armes de son invention aux Russes, il se tourne vers Peggy pour qu'elle le blanchisse de ces accusations et retrouve les armes volées avant qu'elles ne tombent entre de mauvaises mains. Elle va donc travailler comme agent double avec le soutien du majordome de Stark, Edwin Jarvis.

Affiche de la Saison 1 d'Agent Carter !

Affiche de la Saison 1 d'Agent Carter !

La série Agent Carter, sur le modèle du premier film Captain America, nous propose un cadre différent par rapport aux autre productions Marvel. Ici on retrouve l'Amérique des années 40. Il faut bien avouer que cela lui donne un petit vent de fraîcheur parmi ce grand univers contemporain de notre époque. Après c'est peut-être aussi le fait que j'apprécie beaucoup cette période et le style de film de gangster.
Dans Agent Carter, vous pouvez dire adieu aux dernières trouvailles technologiques et gadgets sauvant la situation en dernier recours, même si quelques inventions primitives de Howard Stark sont présentes, ici ce sont les capacités humaines qui rentrent en action. Cela contribue au vent de fraîcheur de la série. 

Ce n'est pas tout d'avoir un peu de nouveauté par rapport au reste faut-il quand même posséder une bonne histoire. 

C'est malheureusement là qu'Agent Carter pèche. L'histoire n'est pas mauvaise, mais plutôt très convenue et décevante. Les différentes ficelles du scénario sont visibles de loin et la série n'arrive jamais à surprendre. Elle tombe même parfois dans le cliché.
Je veux dire c'est qu'après les nazis avec Captain America : First Avenger, attention les méchants ici ce sont les Russes. On est d'accord c'est l'époque qui veut cela, mais la série par un élément particulier pourrait égratigner les Américains. Elle ne le fait malheureusement pas ce qui donne une impression assez manichéenne mal venue au scénario. 

Scénario qui possède aussi quelques maladresses dont la plus importante est la capacité particulière d'un des antagonistes. Le fait qu'il possède cette particularité ne me dérange pas, mais c'est de la manière dont il l'utilise qui est maladroite. En effet, cette capacité est tout à fait rationnel sur le papier et acceptable. La maladresse tient au fait qu'elle est utilisée comme de la magie. Si l'antagoniste se mettait à sortir une baguette magique et à prononcer un sort style Harry Potter ça se passerait de la même manière. Or ce que fait l'antagoniste ne peut pas fonctionner de la sorte. En plus d'être maladroit dans la manière d'être utilisée, cette capacité sert de ressort scénaristique à plusieurs reprises et c'est lassant à la fin. 

Cependant la série n'est pas dénuée d'intérêt, mais il faut le chercher au niveau des personnages.

Bande-annonce de la saison 1 d'Agent Carter !

Le véritable intérêt de la série réside dans ses personnages et notamment les principaux à savoir : Jarvis et Peggy Carter. 
Jarvis est le partenaire, malgré lui, des aventures de Carter. En plus de permettre au spectateur d'en apprendre un peu plus sur la personne qui a inspiré l'intelligence crée par Tony Stark, c'est lui qui apporte la touche de légèreté des productions Marvel. Et cela marche bien, l'acteur est très bon dans ce rôle de majordome un peu coincé et empoté. Dis comme ça le personnage peut paraître lourd, et c'est typiquement le genre de rôle que je déteste, mais là le dosage est bien maîtrisé et l'acteur, James d'Arvy, lui donne des mimiques qui le rend attachant. La formule fonctionne parfaitement d'autant plus qu'il complète bien le rôle de Peggy Carter. 
Peggy Carter, interprétée par Hayley Atwell, joue à la perfection le personnage. Il faut dire que son écriture la rend toute suite attachante et intéressante à suivre. C'est le parcours d'une femme forte dans un monde très misogyne. Malheureusement, ce discours sur la situation des années 40 est encore aujourd'hui trop véridique et fait écho à plusieurs situations contemporaines. Malgré son rôle dans la victoire contre Red Skull, elle est considérée comme une secrétaire à la SSR, agence d'espionnage, mais aussi comme une simple victime par pratiquement tous les hommes qu'elle peut rencontrer. Deux éléments illustrent cette situation : le premier plan de la série et une émission de radio qui revient régulièrement. Le plan consiste à voir Carter habillée d'un bleu voyant et de son fameux chapeau rouge avançant au milieu d'hommes aux costumes sombres et terne. C'est classique et sobre, mais ça fonctionne très bien : le message est clair. L'émission de radio est quant à elle des récits audios des aventures de Captain America et qui font passer Carter comme une femme sans défense et juste là pour être l'amourette du héros. Voici ce que retient l'Histoire des femmes formidables et c'est une situation malheureusement vraie. 
Elle en est parfaitement consciente et elle se bat contre ça. Et on ne peut qu'être derrière le personnage à se dire : vas-y prouve leur que tu peux faire cette mission mieux qu'eux ! Castre-moi tous ces misogynes ... Hum ... Je m'emporte un peu. Quoi qu'il en soit le personnage de Peggy Carter est une femme forte, mais qui n'en n'est pas pour autant froide. 

La musique s'adapte parfaitement à l'ambiance des années 40 et le thème de Carter a sa propre identité. 

Pour ce qui est du générique, il est calqué sur celui d'Agents of Shield avec juste l'apparition du logo et le nom de la série. C'est sobre, efficace et cohérent. Le SSR est l'ancêtre du SHIELD et rien qu'avec ce générique de quelques secondes on fait la filiation. 

Pour en terminer avec cette critique, je vais parler de son intégration dans l'univers Marvel. Agent Carter se place à la suite directe de Captain America, dont on voit des images de la fin à différents moments de la série. On retrouve même certains personnages du film en dehors de Peggy Carter Howard Stark. Après pour le reste vu que c'est une période extrêmement peu exploité dans la saga, elle possède une plus grande liberté d'action qu'Agents of SHIELD par exemple. 

Une excellente figure de femme forte en la personne de Peggy Carter !

Une excellente figure de femme forte en la personne de Peggy Carter !

En conclusion, Agent Carter offre une première saison mi-figue, mi-raisin. Si son scénario pèche par une trop grande simplicité et des clichés vus et revus, elle réussit parfaitement à faire adhérer le spectateur à ses personnages. Le duo Jarvis-Carter fonctionne parfaitement. Peggy Carter est une bonne incarnation du personnage de femme forte et offre un certain intérêt à la série. 

 

Ma note : 3 sur 5 !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

bernadette 18/05/2017 16:37

Un début parfait! C'est vraiment super de retrouver les personnages secondaires de Marvel. Nous sommes bien loin de la médiocrité des Agents du Shield. Vous apprécierez cette ambiance après guerre, de suivre une pin-up agent secret dans un monde macho. A partager!

Philippe 21/05/2017 10:45

Je ne suis pas d'accord avec vous : j'ai beaucoup apprécié Agents of SHIELD qui est bien meilleur au niveau de l'intrigue qu'Agent Carter. Je ne pense pas que le mot pin-up correspond au personnage de Carter et il est même péjoratif. Le personnage de Carter est "juste" un agent secret et c'est ce que montre la série : ce sont les capacités intellectuelles et physiques qui lui permettent de sortir du lot et non un atout charme. Carter est un personnage féministe dans le bon sens du terme et la qualifier de pin-up la dégrade.