Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog où je vous donne mon avis sur des films, des séries, des livres et des jeux vidéo. N'hésitez pas à réagir et à partager votre opinion dans le respect de tous bien sûr.

Hell de Yasutaka Tsutsui : Trop éthéré !

Un yakuza présomptueux assassiné par un clan rival, un infirme carriériste et séducteur, un homme marié fou amoureux d’une jeune starlette, un fringant acteur de kabuki qui suscite les jalousies, un couple de sans-abri morts de froid dans un parc : tous ces personnages, qui un jour se sont croisés dans leur vie, se retrouvent en Enfer.
Errant dans une ville indéterminée, les fantômes, désormais détachés de toute émotion, dévident l’écheveau de leurs existences passées dont ils revivent – sans colère ni haine – les mensonges, les trahisons et les erreurs, jusqu’aux circonstances tragi-comiques de leurs morts. Au fond, chacun n’avait-il pas créé de son vivant les conditions de son propre enfer ?

Date de parution : 2003 (Japon) / Septembre 2013 (France)
Genre : Fantastique
Nombre de pages : 155
Traducteur : Jean-Christian Bouvier
Nationalité : Japon

Une couverture quelque peu trompeuse vendant un récit plus orienté cyberpunk que fantastique !

Une couverture quelque peu trompeuse vendant un récit plus orienté cyberpunk que fantastique !

Un au-delà intéressant, au début ...

L'attrait principal de ce roman est la vision de l'au-delà qui est proposée. Dans Hell, aucun imaginaire religieux n'imprègne la description des lieux et au-delà de l'Enfer, comme le suggère le titre, l'univers retranscrit évoque plus un équivalent des limbes. Cette dimension similaire au monde réel où déambule sans but les âmes des morts invoque indubitablement une atmosphère éthérée et froide. La vision qui se dégage de ce lieu est une sorte de pessimisme sur l'après-mort qui serait vain, aseptisé et surtout éternel. Cela change beaucoup des imaginaires populaires et donne un peu de fraîcheur au récit. Une véritable atmosphère singulière se dégage de l'histoire, tout du moins au début lors de la phase de découverte. Par la suite tout cela s'étiole rapidement malgré le nombre de pages réduits de Hell. En effet, l'auteur ne fait pas grand chose avec son lieu : il ne le développe pas son univers, pas grand chose ne s'y passe et les protagonistes suivis sont assez peu actifs. 
Cependant parmi les différents récits de vie et de mort que proposent les personnages, un ou deux sortent du lot et touche un peu plus le·a lecteur·trice. Je retiens notamment le couple de sans-abri qui possède une relation et une histoire à la fois touchante et triste, ainsi que celle du jeune kabuki dont la fin est assez douloureuse. Les autres histoires sont quant à elles plus classiques et n'éveillent pas particulièrement un intérêt quelconque au cours de la lecture.

Au-delà de l'errance ?

De manière générale, les histoires narrées par le roman ne racontent pas grand chose d'exceptionnel. Avec ce genre de récit, on s'attend à lire des événements qui parlent de la société, amènent des réflexions et des visions sur la vie et le genre humain. Rien de tout cela dans Hell. On lit les histoires, malgré tout bien racontées, et la seule question qui nous vient à l'esprit c'est : "Et alors ?". Malheureusement, on ne retire rien de ces récits et ils laissent assez peu de traces une fois la lecture achevée. On en vient à se demander pourquoi l'auteur veut nous raconter cette histoire, qu'est-ce qui la distingue d'une autre. Finalement pour arriver à une réponse décevante : rien ne distingue ces chemins de vie et de mort. Ces histoires ne racontent rien. Hell ne raconte pas grand chose et arrive à oublier des parties importantes de la population. 
Où sont les femmes ? Où sont les enfants ? Si on veut parler de l'au-delà, de la vie et de la mort, il faut parler de toutes les populations. D'autant plus qu'en multipliant les points de vues, on peut aborder des thématiques différentes, mais aussi questionner la société et l'humain. Les réflexions d'une femme morte ne sera pas celle d'un homme parce qu'elle aura eu des combats, des espoirs ou des finalités différentes. Tous ces aspects n'existent pas dans Hell, rendant le roman de Yasutaka Tsutsui extrêmement pauvre. 
Pour finir, quelques mots sur le style de l'auteur qui est très simple à lire et possède une écriture sans fioriture. La narration est assez éthérée ce qui la rend en accord avec l'atmosphère de l'ouvrage, mais à comme désavantage de ne pas forcément captiver le·a lecteur·trice. En tout cas cela n'a pas fonctionné sur moi et malgré son nombre de pages assez faible j'ai mis plus de temps que d'habitude à le terminer. Le récit n'a jamais réussi à m'immerger dans ces mots et je suis resté complètement extérieur à ce dernier.

Yasutaka Tsutsui, auteur de Hell, mais surtout de La Traversée du temps et Paprika !

Yasutaka Tsutsui, auteur de Hell, mais surtout de La Traversée du temps et Paprika !

En conclusion, Hell de Yasutaka Tsutsui n'a jamais réussi à me captiver, la faute à des histoires de vie et de mort assez peu intéressantes et peu propices au réflexion et à l'introspection. L'absence de protagonistes féminins dans le récit rend le tout assez pauvre en terme de représentation surtout pour un ouvrage voulant aborder la thématique de l'au-delà. Heureusement que l'atmosphère qui se dégage au début de la lecture est suffisamment intéressante pour nous lancer dans le récit, mais le style éthéré de l'auteur aura vite fait de perdre un bon nombre de lecteurs·trices. Un ouvrage qui ne restera pas dans ma mémoire et qui disparaîtra dans une pensée fugace. 

Ma note : 2.5 sur 5 !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article