Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog où je vous donne mon avis sur des films, des séries, des livres et des jeux vidéo. N'hésitez pas à réagir et à partager votre opinion dans le respect de tous bien sûr.

Matrix Resurrections de Lana Wachowski : Prendre à contre-pied le blockbuster hollywoodien !

Thomas A. Anderson (alias Neo) ne se souvient plus de rien et mène une vie d'apparence normale à San Francisco. Il est le créateur d'une trilogie de jeux vidéo à succès... Matrix. Mais c'est un homme perturbé par d'étranges visions. Il se rend régulièrement chez un psychiatre à qui il raconte ses rêves étranges et qui lui prescrit des pilules bleues. Après la réapparition de visages familiers et en quête de réponses, Neo repart à la recherche du lapin blanc. Il rencontre un certain Morpheus, qui lui offre le choix entre rester dans la Matrice et prendre son envol.

Date de sortie : 2021
Actrices et acteurs : Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Yahya Abdul-Mateen II, Jonathan Groff, Jessica Henwick
Scénario : Lana Wachowski, Aleksandar Hemon et David Mitchell
Musique : Johnny Klimek et Tom Tykwer
Durée du film : 148 minutes
Budget : 190 millions $
Nationalité : Etats-Unis

Affiche de Matrix Resurrections !

Affiche de Matrix Resurrections !

Quand une licence revient ainsi d'un long sommeil les attentes classiques sont celles d'un film qui va chercher à faire plus fort et plus grand que les originaux, un soft-reboot ou encore pour paraphraser un des personnages de Matrix Resurrections faire du neuf avec un vieux code. Matrix Resurrections n'est rien de tout cela. On peut même dire que le film n'est pas un blockbuster tant il prend une forme différente des productions habituelles et revêt un aspect profondément personnel pour Lana Wachowski. 

Le lourd héritage de Matrix

En effet toute la première moitié du film est consacrée à parler personnellement au spectateur de ce que représente l'héritage Matrix. En cela Matrix Resurrections est un film très conscient de ce qu'il est : une tentative de faire de l'argent sur de la nostalgie et un nom connu. Lana Wachowski en prend totalement le contre-pied et propose pratiquement un journal intime et thérapeutique de ces vingt dernières années. Néo représente encore plus les sœurs Wachowski dans cet opus et bien des dialogues ne sont qu'une retranscription de ce qu'elles ont subi depuis la première trilogie. Par exemple, une attaque frontale envers Warner Bros n'est que la retranscription du harcèlement perpétuel du studio qui voulait à tout prix qu'elles réalisent un quatrième opus. Lana Wachowski nous parle également de l'impact que toute cette trilogie a eu sur elle, sur la pression que cela a créé et l'image que cela a construit d'elle dans le milieu populaire. Elle est devenue, avec sa sœur, la créatrice de Matrix et si cela a eu ses bons côtés, il y a eu les mauvais. Ceux-là même qui sont intérieurs et qui se cachent dans la sphère privée et auxquelles elle a dû certainement faire face durant toutes ces années. Matrix Resurrections nous parle de tout cela, nous l'explique et nous le montre avec une grande sincérité. 
Lana Wachowski est également très lucide sur l'héritage de Matrix et ses conséquences. Une scène en particulier balance à toute vitesse toutes les interprétations qui ont été faite de sa création et notamment les plus fausses. Beaucoup de spectateurs et spectatrices vont en prendre pour leur grade parce que ce film leur dit droit dans les yeux qu'ils ont rien compris. Elle ne s'arrête pas là puisqu'à plusieurs reprises elle attaque également le marketing et les studios. Toute cette première partie est vraiment un discours du cœur de la part de la créatrice envers son œuvre et son héritage.
Certes parfois le film est trop explicatif et manque un peu de subtilité, mais il transpire une telle honnête qu'on lui pardonne aisément. Honnête et véritable sont les mots qui décrivent le mieux le début de ce Matrix Resurrections. La réalisatrice dialogue avec nous et délivre son message sans artifice quitte à prendre son temps et à imposer un faux rythme au film. C'est beau et humain.

Du Sense 8 dans Matrix

Depuis la fin de la trilogie Matrix, Lana Wachowski a réalisé plusieurs films et série, souvent en collaboration avec sa sœur Lilly. On sent que le style et la manière de raconter son histoire a évolué. Matrix Resurrections est infusé de l'expérience Cloud Atlas, mais surtout Sense 8, au-delà de la pléthore d'acteurs et actrices communs aux deux projets. Le film par rapport à la trilogie a un côté plus humain et plus émotionnel. Là où la première trilogie en possédait certes, mais laissait plus de place à de l'action, ici le rapport s'inverse et s'accentue même du côté humain. Evidemment, la première partie très personnelle joue beaucoup dans ce rapport, mais c'est également le cas dans la seconde moitié qui développe son histoire. Matrix Resurrections n'est pas qu'un aspect thérapeutique, mais a également une histoire à raconter dans son univers qui a évolué. Disons-le tout de suite que j'aime beaucoup l'évolution de l'univers qui est assez tangible. Tout ne s'est pas arrangé avec le sacrifice de Néo et la destruction de Smith. Il y a eu de l'amélioration dans la relation humain et machines, mais tout n'est pas parfait et les deux camps s'opposent toujours. Les deux partis ont évolué, mais pas disparus, ce qui me semble plus crédible qu'une happy ending complète. On prend plaisir à découvrir les évolutions de ce monde qui nous sont dévoilés toujours de manière très organique sans être dans le forçage d'effets visuels ou d'un simple aspect vitrine. Les évolutions racontent quelque chose sur ce monde qui a continué à se transformer pendant vingt ans. 
Vous n'avez pas aimé le discours sur l'amour dans le deuxième et troisième opus de la trilogie, ce film n'est pas fait pour vous. La thématique de l'amour est omniprésente dans Matrix Resurrections et de manière générale dans la filmographie des sœurs Wachowski. C'est cette thématique qui est au cœur du récit et le moteur des personnages. Ce sujet est bien plus important que les péripéties qui parsèment le film. On accroche ou pas, mais pour ma part l'intention de Lana Wachowski est belle et empreinte de beaucoup de pureté et donc ça me touche.
Vous entendrez également que le scénario est un copié-collé inversé du premier opus. Ce qui est une description particulièrement réductrice et partiellement fausse. Partiellement parce que la théorie de Lana Wachowski est que toutes les histoires suivent le même schéma narratif, juste présenté sous une forme différente. Donc on retrouve évidemment des similitudes, mais avec un enrobage suffisamment différent pour éviter la redite et créer de l'intérêt.
Néanmoins, le film n'est pas dénué de toute action et il possède plusieurs scènes de combat et fusillades. Certaines mettent en place de très bonnes idées et personnellement je trouve qu'elles sont toujours bien réalisées, avec une certaine forme de minimalisme dans les effets, mais ça fait parfaitement le travail. De très bonnes idées se retrouvent dans plusieurs scènes et pour n'en citer qu'une je parlerai de la "pluie mortelle" sur la fin du film qui donne à la fois une ambiance apocalyptique, mais également une certaine verticalité à la scène. Rare, mais suffisamment intense les scènes d'action insufflent du rythme au film et reste toujours plaisante à voir. 

Pas un game changer, mais toujours la classe

Matrix Resurrections ne propose pas d'innovation technique comme avait pu l'être le bullet time en 1999. Cela dit le film a un propos assez intéressant avec son invention et son utilisation. Néanmoins, le film possède toujours des plans qui visuellement marquent et impactent. Notamment dans son utilisation des jeux de lumières et de couleurs. Connaissant le langage coloré interne aux films Matrix beaucoup d'éléments transitent par ce dernier et beaucoup d'indices sont disséminés ainsi. Les lumières du film sont vraiment superbes, notamment sur les plans de nuit dans la matrice. Plusieurs scènes m'ont bien marqué. Le monde réel n'est pas en reste et les visuels sont également soignés. Cette image de deux cocons symétriques dans le cadre aux lumières rouges vives et à la nuée de machine qui arrive m'a vraiment émerveillé et il y avait vraiment une aura qui se dégageait de ce plan. 
Enfin le film met à l'honneur des actrices et acteurs de grand talents. Le duo Keanu Reeves (ConstantineJohn Wick) et Carrie-Anne Moss (Jessica Jones Paranoïak) est étincelant. Pour les deux, l'incarnation de la fatigue mentale que subissent leur personnage est saisissante. On peut légitimement penser, tout comme pour Lana, que la première partie du film représente également beaucoup pour eux. Les deux acteurs ont été associés à la licence Matrix et ont eu beaucoup de mal à s'en détacher. Carrie-Anne Moss n'a pas vu sa carrière exploser comme elle aurait dû et a eu seulement un regain récemment avec les séries Marvel/Netflix. Pareillement pour Keanu Reeves qui a enchaîné les échecs par la suite et qui a dû attendre la franchise John Wick pour revenir sur le devant de la scène et voir son image se détacher de Neo. Clairement, un film qui parle du lourd héritage de la franchise Matrix et ses conséquences cela a dû beaucoup leur parler. Parmi les nouveaux personnages, je retiens essentiellement celui de Bugs interprétée par Jessica Henwick (Game of Thrones Iron Fist) qui est vraiment étincelante et tient la dragée haute au duo iconique. 

Une bande-annonce jouant très bien sur les attentes du public !

En conclusion, Matrix Resurrections n'est pas le film que les spectateurs et spectatrices attendaient, mais celui que Lana Wachowski voulait faire. En cela c'est une réussite totale. Le film aborde avec beaucoup d'honnêteté et de sincérité le lourd héritage de la licence Matrix avec un discours meta qui s'assume totalement. Le côté humain et émotionnel prend de plus en plus le pas sur l'action pour délivrer un grand message sur l'amour dans toutes ses formes. Message central dans la filmographie de la réalisatrice et qui n'est pas sans rappeler Sense 8. La réalisation est toujours de qualité et plusieurs visuels sont vraiment très beaux. Oui, Matrix Ressurections laissera du monde sur le bas-côté, mais le film ne veut pas d'eux, tandis qu'aux autres il délivre son beau message avec plaisir.

Ma note : 5 sur 5 !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article